Monastère de la Transfiguration

Extrait du Synaxaire.

Traduction française par Père Macaire, moine de Simonos-Pétra

Saint Simon a fleuri dans le Jardin de la Mère de Dieu au cours du XIIIe siècle, à l’époque où l’Empire byzantin se trouvait divisé et affaibli, suite aux croisades, et où la capitale avait été transférée à Nicée. Fuyant donc les vanités de ce monde, il se rendit sur la Sainte-Montagne (mont Athos) pour y travailler au salut de son âme auprès d’un père spirituel. Il fixa son choix sur un Ancien, non seulement expérimenté dans l’ascèse, mais encore sévère et exigeant, et se soumit â lui corps et âme, comme à Dieu même. Son obéissance exemplaire, son humilité, son amour pour son père spirituel, qui ne lui ménageait pas pourtant les reproches et mêmes les coups, l’élevèrent bientôt à un haut degré dans la vertu et attirèrent sur lui l’admiration des moines de l’Athos, et le respect de son Ancien qui finalement cessa de le considérer comme son disciple, mais plutôt son compagnon d’armes dans les combats spirituels. Ces marques d’honneurs ne convenaient pas pourtant à celui qui avait choisi d’embrasser la déréliction et la Passion de Jésus; aussi obtint-il, à force d’instances, de partir vivre seul. Au bout de maintes recherches, il élut son séjour dans une grotte étroite et humide, située sur la pente occidentale de l’Athos, à 300 mètres au-dessus de la mer. Il y persévéra là jours et nuits en butte aux assauts incessants du démon, en n’ayant pour armes que la foi, l’espérance et l’invocation du Nom tout puissant de Notre Seigneur.

Une nuit, quelques jours avant la fête de la Nativité, il vit un astre se détacher soudain du ciel et descendre se fixer au-dessus du rocher abrupt situé en face de la grotte. Soupçonnant un nouveau piège du Malin, qui souvent se transforme en ange de lumière (cf. II Cor. 11, 14), l’ascète n’y ajouta pas foi. L’apparition se répéta plusieurs nuits de suite, jusqu’au soir de la Nativité, où l’astre lumineux descendit sur le rocher, comme l'étoile de Bethléem, et une voix se fit entendre du ciel: «Ne doute pas, Simon, fidèle serviteur de mon Fils! Vois ce signe et ne quitte pas cet endroit pour trouver une plus grande solitude, comme c’était ton intention, car c’est là que je veux que tu fondes ton cénobion pour le salut d’un grand nombre d’âmes». Immédiatement rassuré par la voix de la Mère de Dieu, Simon fut alors transporté comme en extase à Bethlèem, devant le Christ-enfant, avec les Anges et les Bergers, et revenu à lui il entreprit sans plus tarder la construction de la Nouvelle Bethléem.

Vie de Saint Simon le Myroblite