Monastère de la Transfiguration

Bien qu’étant une dépendance du monastère de Simonos-Pétra en Grèce, la communauté du monastère de la Transfiguration enracine sa spiritualité dans la tradition chrétienne française.

C’est cet attachement qui a conduit le monastère de la Transfiguration à acquérir et restaurer « les grottes de Saint Sour », cellules troglodytes situées dans la falaise qui domine la Vézère où vécurent saint Sour et ses disciples au VI° siécle. La communauté y célèbre la Liturgie le 1° février, fête de saint Sour et le 20 juillet, fête du prophète Elie.

Cet enracinement aux traditions chrétiennes françaises conduit la communauté à organiser régulièrement, avec les fidèles du monastère, des pélerinages sur les lieux où vécurent des saints et des martyrs Français : le mont saint Michel, le monastère de sainte Odile, le périple de Jeanne d’Arc, la Vendée et ses martyres, les saints moines du Jura, la christianisation de la Provence. Ces pélerinages sont l’occasion pour chacun des participants de vénérer les saints de terre de France et de découvrir les racines orthodoxes de l’Eglise avant son schisme dramatique.

Ermitage de Saint Sour, dans les falaises dominant la Vézère.

L’ermitage de Saint Sour (6° S)

Les racines françaises du monastère