Retour à l'accueil

Un idéal

Projet d’extension  et d’aménagement Monastère de la Transfiguration

Un monastère

Un défi

Accueil

Le financement
du projet

– L’estimation financière du projet est en cours de réalisation –

Le plan de financement est un acte de foi, le monastère ayant l’assurance que Dieu pourvoira aux besoins en temps voulu par Lui. Si le projet pouvait être réalisé en trois ou cinq ans, ce serait une merveille ; si sa réalisation devait s’étaler sur une plus longue durée, ce serait aussi l’expression de la volonté divine pour l’édification de l’Église du Christ. Cet acte de foi est le témoignage dans notre monde rationaliste que Dieu est vivant et qu’Il intervient dans notre vie. Cette construction manifestera concrètement que l’annonce du Christ dans son Évangile n’est pas un mythe, mais une réalité actuelle


Pourquoi financer le projet ?

• Sortir le monastère de l’inconfort.

• Mieux accueillir des fidèles et amis plus nombreux.

• Permettre à une communauté francophone d’apporter en Occident les richesses de la tradition orthodoxe et de la spiritualité athonite.

• Bâtir un ouvrage original sur le plan esthétique.

• Doter le domaine d’une valeur patrimoniale forte.

• Encourager un témoignage de foi et de beauté dans un cadre harmonieux.

• Faire une place plus grande au divin dans notre monde et, par là, développer la paix et la concorde.

• Ce faisant, vous défiscalisez 66 % du montant de votre don.

Pour financer ce projet, le monastère a déjà reçu quelques dons et héritages avant même d’entreprendre l’étude de faisabilité. De plus, il a économisé un peu chaque mois pour le jour où la Providence solliciterait un tel travail. Il a ainsi mis de côté une somme, certes insuffisante, mais permettant au moins de réaliser les études préliminaires et sans doute des premiers travaux. Pour la suite, le monastère compte avec foi sur l’intervention divine : si Dieu bénit ce projet, et s’il représente Sa volonté, Il saura trouver le - ou les - donateur pour mener à bien cette oeuvre. Quant à nous, il nous revient de « jeter des bouteilles à la mer » en exprimant les besoins et en présentant le projet - somme toute assez modeste en soi - espérant que quelqu’un trouvera le SOS et y répondra. C’est ce que nous voyons partout dans la reconstruction de la Russie Orthodoxe : des cathédrales sont édifiées en quelques brèves années grâce à des mécènes qui ont à coeur d’aider des monastères, car ils en connaissent l’utilité pour le monde et pour leur salut personnel.

De nombreux particuliers, avec générosité, depuis qu’ils ont connaissance de la nécessité de la construction d’une église et de cellules monastiques, manifestent déjà leur charité et leur amour pour Dieu en apportant leur pierre pécuniaire à l’Église. Le monastère leur est reconnaissant, car c’est souvent en se privant eux-mêmes et en donnant de leur nécessaire et non de leur superflu qu’ils le font. « Les petits ruisseaux font les grandes rivières », dit-on : leur générosité est vue par Dieu et de plus fortunés ne tarderont pas à se manifester, peut-être plus vite qu’on ne le pense.